Référentiels

Dans cette page je vais vous présenter les différents référentiels auxquels je me suis formée après mes études et avec lesquels je travaille. Les outils que j’utilise et qui sont expliqués dans d’autres pages s’adaptent à ces référentiels.

La psychologie énergétique

Il s’agit d’une science qui combine la psychologie, les neurosciences, la médecine énergétique chinoise, la physique quantique. Les changements s’opèrent donc au niveau neuronal (des neurones), génétique (sur l’expression des gènes), énergétique etc. La plupart des outils que j’utilise (EFT, Matrix Reimprinting, TAT, logosythèse) font partie de cette catégorie. Je considère que l’être humain est complexe et qu’il est nécessaire de travailler à différents niveaux pour pouvoir l’aider à évoluer dans la globalité de son Etre.

Les parts de personnalité

J’utilise un référentiel qui considère que nous sommes constitués de sous-personnalités (ou différentes parts de personnalité). Il y a par exemple la part de l’enfant intérieur, du critique intérieur, de l’auto-saboteur, la part qui veut tout contrôler, la part qui anesthésie les émotions etc. Parfois durant la séance nous nous adressons à l’une de ces part afin de rétablir un équilibre intérieur et de comprendre ce qui s’est joué dans la vie de la personne pour qu’une part prenne un rôle et une place spécifique.

Les styles d’attachement

Il existe 2 grandes catégories de style d’attachement. Il y a ceux qui ont un attachement sécure (concerne 60% de la population). Ces personnes-là sont rassurées qu’elles soient dans l’intimité avec une personne ou dans un rapport de proximité, ou qu’elles soient séparées physiquement de la personne. La 2e grande catégorie des styles d’attachement est appelé « attachement insécure » (concerne 40% de la population). Au sein des attachements insécures il existe 3 styles d’attachements différents : l’attachement anxieux (concerne 10% de la population), l’attachement évitant (concerne 15% de la population), et l’attachement désorganisé (concerne 5% de la population). La personne ayant un attachement anxieux a peur de l’abandon et a besoin de maintenir une proximité relationnelle avec l’autre. La personne ayant un attachement évitant a peur de la proximité et a besoin de distance avec l’autre. Enfin, la personne dont l’attachement est désorganisé a peur à la fois de la proximité et de l’abandon.

Le style d’attachement se construit dans le lien à ceux qui nous élèvent (appelés « figures d’attachement ») mais ce n’est pas quelque chose qui reste figé dans le temps. Il évolue dans 25% des cas. Le lien avec une personne (thérapeute ou non) à l’attachement sécure permet de passer d’un attachement insécure à un attachement sécure. Ces liens se travaillent en thérapie. Pour cela j’utilise les techniques que je présente dans d’autres pages, ainsi qu’un accordage relationnel à l’attachement de la personne.