Ma pratique et mes formations

Présentation de ma pratique

Cette page est une présentation de ma pratique afin que vous puissiez avoir une idée de la manière dont je travaille. Ma manière de travailler est singulière.

J’ai choisi de sans cesse me former/ m’enrichir à de nombreuses techniques/approches. Cela me permet de m’adapter à chaque personne que je reçois. 

Voici une vidéo dans laquelle j’aborde les différentes techniques développées dans mon site.

Psychologue psychothérapeute maitre reiki en Bourgogne (Chauffailles, la Clayette, Macon, Roanne). Consultations par skype ou en cabinet

Outils utilisés 

Pour plus d’informations sur un outil cliquez sur le lien et vous serez re-dirigé vers la page qui lui est consacré. 

Voici les différents outils que j’utilise en séance :

Référentiels

Les outils que j’utilise et qui sont expliqués dans d’autres pages s’adaptent à ces référentiels.

Référentiel de psychologie énergétique

Il s’agit d’une science qui combine la psychologie, les neurosciences, la médecine énergétique chinoise, la physique quantique. Les changements s’opèrent donc au niveau neuronal (des neurones), génétique (sur l’expression des gènes), énergétique etc. La plupart des outils que j’utilise (EFT, Matrix Reimprinting, TAT, logosythèse, TFT, AIT) font partie de cette catégorie. Je considère que l’être humain est complexe et qu’il est nécessaire de travailler à différents niveaux pour pouvoir l’aider à évoluer dans la globalité de son Etre. En effet l’être humain possède différents corps subtils tel que le corps astral (ou corps émotionnel), le corps mental (ou corps de la réflexion), le corps causal (ou des mémoires karmiques) etc. Les mémoires à libérer peuvent être présentes dans chacun des corps, ainsi qu’au niveau cellulaire.

Référentiel des parts de personnalité

J’utilise un référentiel qui considère que nous sommes constitués de sous-personnalités (ou différentes parts de personnalité), ou d’archétypes. Les études récentes en neurosciences montrent maintenant cette multiple dimension de parts de personnalités qui nous constitue.

Il y a par exemple la part de l’enfant intérieur, du critique intérieur, de l’auto-saboteur, la part qui veut tout contrôler, la part qui anesthésie les émotions etc. Parfois durant la séance nous nous adressons à l’une de ces part afin de rétablir un équilibre intérieur et de comprendre ce qui s’est joué dans la vie de la personne pour qu’une part prenne un rôle et une place spécifique.

Il y a un modèle que j’aime beaucoup et qui est celui de l’IFS (Internal Family System) en français il s’agit du système de famille intérieur. Ce n’est pas toujours ce modèle que j’utilise mais je vais vous en parler pour vous donner une idée des différentes sous-personnalités. Les différentes parties sont organisées entre elle comme une famille. Elles se protègent, se soutiennent ou s’ignorent.  Dans ce modèle il existe 3 grandes catégories de part de personnalités (aussi appelées sous-personnalités). Il y a la famille des exilés, ce sont toutes les parts qui ont subis des difficultés émotionnelles, des blessures (ça peut être une agression par exemple, ou une séparation, un rejet, de la manipulation). Il y a la famille des managers. Le manager s’arrange pour que l’exilé qui souffre reste en dehors du système.  Un manager peut être par exemple la partie qui contrôle ou celle qui critique. La dernière famille est ce qu’on appelle les pompiers. Les pompiers interviennent en dernier recourt. C’est-à-dire lorsque les managers n’arrivent plus à maintenir à distance les exilées. Les sous-personnalités qui appartiennent à cette catégories sont par exemple les addiction : au tabac, à l’alcool, au drogue, la boulimie etc. 

Plus l’exilée est mis à distance et plus il va chercher à se faire entendre.  Pouvoir entendre les exilés et apaiser leur souffrances est d’une grande aide puisque les managers et pompiers pourront changer de rôle ; avoir un rôle plus adapté pour la personne. Le système s’assouplie et la grande instance qu’on appelle le Self dans ce modèle peut être au commande de la vie de la personne.

Référentiel des styles d’attachement

Il existe 2 grandes catégories de style d’attachement. Il y a ceux qui ont un attachement sécure (concerne 60% de la population). Ces personnes-là sont rassurées qu’elles soient dans l’intimité avec une personne ou dans un rapport de proximité, ou qu’elles soient séparées physiquement de la personne. La 2e grande catégorie des styles d’attachement est appelé « attachement insécure » (concerne 40% de la population). Au sein des attachements insécures il existe 3 styles d’attachements différents : l’attachement anxieux (concerne 10% de la population), l’attachement évitant (concerne 15% de la population), et l’attachement désorganisé (concerne 5% de la population). La personne ayant un attachement anxieux a peur de l’abandon et a besoin de maintenir une proximité relationnelle avec l’autre. La personne ayant un attachement évitant a peur de la proximité et a besoin de distance avec l’autre. Enfin, la personne dont l’attachement est désorganisé a peur à la fois de la proximité et de l’abandon.

Le style d’attachement se construit dans le lien à ceux qui nous élèvent (appelés « figures d’attachement ») mais ce n’est pas quelque chose qui reste figé dans le temps. Il évolue dans 25% des cas. Le lien avec une personne (thérapeute ou non) à l’attachement sécure permet de passer d’un attachement insécure à un attachement sécure. Ces liens se travaillent en thérapie. Pour cela j’utilise les techniques que je présente dans d’autres pages.